Business des cheveux, un marché émergent

Très en vogue depuis ces dernières années, des innovations fleurissent en force sur le marché capillaire. Bye bye les perruques disco des années 70.

Business des cheveux, marché émergent

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Aujourd’hui un vaste choix se propose à nous ; pour les femmes comme pour les hommes, pour les plus grandes stars ou bien tout simplement vos voisins… les perruques sont aujourd’hui accessibles à tous.

D’un point de vue financier, pas besoin d’énormes économies pour s’en procurer. À tout les gout, les perruques sont personnalisables :

  • les qualités
  • les styles
  • les couleur
  • les textures du cheveu de la perruque diffèrent en fonction de la recherche du client et très souvent avantageusement pas cher

Perruques aux cheveux naturels

Perruque

Perruque

La diffusion de personnalités iconiques portant souvent des extensions capillaires et perruques naturelles de très bonne qualité comme :

  • Beyonce
  • Naomi Campbell
  • Lady Gaga

La perruque est représentée comme des symboles de :

  • la modernité
  • la beauté
  • l’originalité incarnées

Elle peut être perçu comme un moyen de rependre « la bonne nouvelle » au reste du monde, attirer la curiosité des populations qui se précipiterons automatiquement chez les coiffeurs pour se faire tailler des allures d’icones mondiales.

Les célébrités étant génératrices de mode vont être le moteur du commerce de cette innovation capillaires.

Le « business des cheveux » émerge alors peu à peu dans l’ensemble des pays touché par la mondialisation et le progrès techniques.

Par leur pouvoir de diffusion et de production, ces domaines vont être conducteurs au commerce de cheveux naturel à des créateurs de perruques dans des pays développés comme la France, avec aujourd’hui des perruquiers spécialistes :

  • Sandrine Delobel
  • Henry Margu…

Les qualités et textures sont diverses

D’origine, les cheveux qui constituent les perruques viennent principalement des femmes (et aussi d’hommes) de 4 régions:

  • le Pérou
  • le Brésil
  • l’Inde
  • la Malaisie

La culture de ces pays les conduit à aller se raser les cheveux dans des temples pour être purifiés ou bien font dont de leur cheveux aux dieux en signe de remerciements. En grands nombres qu’ils sont par jour (autour de 20 000 femmes par jours engageant plus de 600 coiffeurs) les temples se voit abrité des cheveux qui se pèsent en tonnes par mois.

Les temples revendent ses cheveux à des institues d’extensions capillaires, ce qui leur permet aujourd’hui d’ouvrir des écoles et hôpitaux proposant parfois des soins gratuits à la population de leur pays.

Contrairement aux autres qualités de cheveux, les cheveux indiens sont les plus proches des cheveux occidentaux et sont donc plus convoité grâce leur texture.

Ce sont les cheveux exploités par les plus grandes marques d’extensions et les grands perruquiers. Après la récupération des cheveux et leur traitement de sécurité d’hygiène les cheveux sont près et peuvent être utiliser pour des extensions et des perruques.

À quel prix ?

En extension, la botte de mèches naturelles indiennes est estimée à environ 70 euros.

Pour une perruque de cheveux indiens, il faut compter autour de 100 euros. Les prix évoluent en fonctions de la longueur du cheveu (mesurer en pouces). Ceci étant, pour des cheveux naturels réutilisables plus d’un an avec de bons entretiens, ça vaut le coup !

Attention les arnaques !

Bien entendu, il existe aussi des cheveux de moins bonnes qualités en terme d’esthétisme : les cheveux chinois par exemple, beaucoup trop épais pour les cheveux occidentaux, un contraste qui briserai une norme fondamentale de l’extension qui est « la discrétion ».

En terme de durabilité les clients peuvent être victime de mensonge avec des cheveux dits « naturels » mais ne sont en réalité que des cheveux synthétiques ou bien naturels mais chimiquement modifiés et parfois appelés « Semi-naturels ».

Aspect et texture similaires à des cheveux naturels qui au bout de 3-4 mois s’emmêle et deviennes très secs. Moyens de plus pour insister le client a l’achat de perruques et extension peux durable : le prix (souvent très abordable avec une trentaine d’euros).

Un marché qui ne semble pas connaître la crise, en pleine augmentation et qui se voit être durable, du moins tant que les indiennes auront des cheveux !

Ajouter un commentaire